Avant de poser un regard critique sur les Indes, et je vous demande de garder bien ça en mémoire quand vous lirez la suite, les Indes sont le pays où je suis resté le plus longtemps, plus d'un an. C'est un pays fascinant! Je ne peux qu'inviter tous les voyageurs (plus que les touristes) à s'y rendre.

Ma critique n'a rien de nouveau. J'ai pu constater que Gandhi quant il eut fini son tour des Indes après son arrivée depuis l'Afrique du Sud, avait déjà formulé des critiques très similaires. Jeune avocat anglais ayant grandi dans le luxe de Londres (même si il ne faisait pas partie des familles les plus aisées), il avait eut un premier aperçu des colonies anglaises quand il vivait en Afrique du Sud, mais en tant "qu' étranger" (Indo-anglais vivant en Afrique). Quand il rentre "à la maison" où il n'a jamais vécu, il décide de voyager pendant une année afin de découvrir les Indes.
Sa conclusion est la suivante (avec ma reformulation) : "Les Indiens sont fascinants par leur capacité à vivre simplement et à s'en satisfaire, preuve d'une grande richesse spirituelle. Cependant, il est sans doute possible de vivre simplement sans négliger l'hygiène."
Les Indes sont sales! J'admire la joie de vivre dans la simplicité mais je ne supporterai pas de vivre ma vie dans une poubelle.
Pourtant, les Indes sont pleines de couleurs, d'odeurs et de saveurs qui mériteraient d'être soulignées mais au final, c'est la crasse qui l'emporte. Et c'est triste.

Je pense que la raison est plutôt simple. Elle est d'origine religio-culturelle (il est très difficile de dissocier la culture de la religion en Indes).
Les Indiens sont fainéants. Attention, pas fainéant du point de vue du travail. Ils sont au contraire de gros travailleurs quand ils s'attèlent à une tâche. Non, ils sont fainéants du quotidien. Ou alors, vous pouvez le voir comme de la négligeance. C'est comme si rien n'avait d'importance. C'est le revers de la médaille de la simplicité. Il y a comme un manque de volonté, d'initiative, de recherche de la satisfatcion. Ils se déchargent et délèguent à autrui ce qu'ils pourraient faire par eux même. C'est assez flagrant quand on voit combien les "bonnes" sont encore employées. Vous verrez rarement, dès lors qu'ils en ont les moyens, une femme s'occuper des tâches domestiques dans sa maison, et encore moins l'homme faire le ménage ou à manger. Ils ont très souvent quelqu'un pour aider. Et je ne vous parle pas des hommes célibataires qui vivent seuls ou en colocation.
De même, ils ne s'embarassent pas de jeter leur déchets dans une poubelle puisqu'il y a forcément quelqu'un pour ramasser leurs déchets, une intouchable. Et là, on touche du doigt la corde sensible, le système de caste qui n'est aboli qu'en théorie, par la loi. Dans la pratique, les mentalités n'ont pas beaucoup évolué!
Cette négligeance est tellement ancrée que j'en ai été sidéré plus d'une fois.
Un de mes meilleurs amis que je porte en très haute estime, ne comprenait pas l'idée d'aller au bas de son immeuble pour nettoyer un patio de tous les immondices afin d'y planter des fleurs. Ce terrain appartient à quelqu'un d'autre....
Du coup, ils ne font pas confiance non plus pour qu'un travail soit accompli. Il faut ajouter à ça la corruption... Un couple d'ami déclarait, très pessimistes, qu'il n'y avait pas de solution au problème des poubelles car si ils emploient quelqu'un pour les débarasser des ordures en face de chez eux (ce que la mairie ne fait pas), le gars n'ira les déposer que dans la rue d'à côté, et un autre viendra déposer celles d'une autre rue, juste devant chez eux...

Et tout cela, je vous le dit mes amis, tout cela vient de la religion hindou qui n'offre aucun salut dans la vie. Tout est écrit. Ce qui arrive, je le mérite, à cause de mes actions antérieurs (de cette vie ou d'une vie passée) et j'ai de toute façon une infinité de vie devant moi pour changer les choses.
Où comment proner l'immuable! Et la négligeance! Rien n'a d'importance!
Ajouter à ça le système de caste qui établi un cadre rigide du comportement de chacun dans sa vie et vis à vis d'autrui.
Où comment suprimer toute prise d'initiative!
Ajouter à ça la corruption.
Où comment inhiber toute volonté de changer les choses!
Mais encore une fois, rien n'a d'importance et tout est écrit, donc le système de caste et la corruption sont communément acceptés puisque immuables...
Ou comment démontrer une fois de plus l'emprisonnement sociétal que sont les religions.

Deuxièmement, je vous la fait courte, les Indes sont le pays en compétition avec la Chine pour gagner le trophée du machisme.
Françaises! non les Français ne sont pas les plus machos du monde!
Nous ne tuons pas un bébé à la naissance parce qu'il n'a pas de zigounette...
Les Indes et la Chine sont les deux seuls pays à avoir plus d'homme que de femmes dans leur population. Encore une fois l'immuabilitié des choses ne va pas faciliter la tâche aux féministes du coin.
Je vous invite à regarder n'importe quel film de Bolywood, c'est du grand art. Un rôle féminin est toujours ou bien malin ou bien seulement consultatif, leur valeur dépendant exclusivement du mâle auquel elle se rattache, le père, le frère, le mari ou le fils.
Mais le meilleur exemple est encore de lire les livres de la mythologie hindoue, le Râmâyana et le Mahabharata. Alors là, en plus de l'apologie de la violence comme solution aux problèmes d'égo et de fierté mal placés des uns et des autres, il faut se farcir toutes les pires hypocrisies machistes du monde, un délice d'inhumanité. Pauvre Sita!
Je restais silencieux à chaque fois que mes amis vantaient ces deux livres. Pourtant mes amis s'étaient déjà extrait des mensonges bollywoodiens et du criquet. Le religio-culturel est tenace! A quoi il faut ajouter la montée d'un nationalisme étonnant.

On en arrive au dernier point.
Je n'ai pas saisi ce que pouvait signifier "l'Inde". Comme vous l'avez sans doute remarqué, je parle des Indes ou de l'Indes éventuellement. Toujours avec un s.
Pourquoi?
Parce que l'Inde sans s n'a jamais existé et n'existe pas encore! Ca s'est toujours appelé les Indes et c'est une erreur des contemporains de Gandhi que d'avoir enlevé ce s. De l'empire des Indes, ils auraient du passer, au moment de l'indépendance, à "l'Union des Indes".
Je le disais déjà pour les Chines mais c'est encore plus vrai pour les Indes. En Chine(s) ils ont une vraie langue nationale, et ils ont une population majoritaire.  En Indes, ce n'est pas le cas. Peu de gens parlent le Hindi finalement, ce qui fait que je ne l'ai pas appris du tout. Il faut changer de langue tous les 200 km (en éxagérant à peine). Les populations aussi sont différentes et ne s'apprécient pas forcément. Il y a de grandes rivalités et animosités entre Sud et Nord, Est et Ouest, hindous, musulmans et chrétiens, etc... Les cultures aussi sont diverses et variées sur le territoire des Indes, sans parler des histoires. Les Indes n'ont jamais été unifiées comme c'est le cas aujourd'hui avant la domination anglaise. Elles ont souvent (je n'ose pas dire toujours) été sous domination des uns et des autres mais pas ensemble. L'Ouest sous domination d'untel, le Sud Est sous domination d'un autre et puis ça bougeait. Au mieux, ce fut un ensemble de royaumes dirigés par des maharajas qui se détestaient cordialement et se sont fait des coups bas sans jamais s'unifier sous la bannière d'un unique empereur ou roi.
Pourtant aujourd'hui, les politiques et hommes de pouvoirs (élu-e-s par un système oligarchique) veulent concenter leurs pouvoirs à Delhi en clamant un nationalisme délirant.
On assiste ainsi à des prises de position en faveur de l'hindi, la langue de Delhi et donc contre les langues locales. On assiste à des divisions entre communautés car il faut bien se débarrasser des "géneurs" si on veut unifier. Et le président actuel, Mr Moudi est lié à de sombres affaires...
Au 21°s, à l'heure de la rencontre humaine, de la découverte d'autrui grâce à l'Internet, à l'heure de l'Union Européenne, vous comprenez que ces histoires me laissent en plein désaroi.
Pourquoi aller contre leur propre force, leur diversité et mettre de côté les différences, ne pas les accepter, pour baliser un chemin d'unité, nécessairement pavé de frustrations, de colères et de haines à venir?
Car, en définitive, je vous le dit, ce qui m'a le plus fasciné en Inde, c'est justement la diversité et la simplicité. Pour ces deux choses notament, le monde occidental a beaucoup à apprendre des Indes.

Je n'ai pas de solution à proposer, c'est aux Indiens de les trouver.

Un point très optimiste quand même que je tiens à souligner, les Indes sont en train d'expérimenter largement dans la région de Delhi l'implantation d'un revenu de base. Bravo!
Espérons qu'ils aillent jusqu'au bout de ce processus! Peut être qu'en s'extrayant du système de monnaie dette, ils arriveront à trouver un chemin pacifique pour se détacher du système de caste, de gloire du mâle et du nationalisme rempant.